Blessy, 80e anniversaire

Blessy, 80e anniversaire

Par M. Jean-Paul ROLLAND

Ce mois de mai 2020 sera très différent de celui des années précédentes à cause de la pandémie du Coronavirus. Depuis la capitulation de l’Allemagne nazie en 1945, on avait pour habitude, le 8 mai, de commémorer la fin de la Seconde guerre mondiale et de célébrer ses combattants.

En ce mois de mai 2020 on devait également célébrer le 80ème anniversaire de la bataille de France qui eut lieu du 18 mai au 25 juin 1940. Mais cette épopée est depuis longtemps occultée et peut être que seuls ceux qui y avaient participé l’avaient présent à l’esprit. Malheureusement beaucoup de ces témoins ont rejoint leurs camarades tombés au front. Les prisonniers de guerre sont revenus au pays, les Résistants ont été encensés, mais eux, ici, on les a oubliés. Nous, des générations qui ont suivi, seuls ceux qui s’intéressent à l’histoire en ont connaissance !

Les Amis du Pays de Guingamp, en la personne de son Président, votre serviteur, Jean Paul Rolland, depuis avril 2017 essaie de « faire devoir de mémoire » afin de rendre hommage et d’avoir une pensée pour les 97 soldats du 48ème Régiment d’Infanterie venus de la caserne guingampaise de la Tour d’Auvergne, morts pour la France.

Voir sur notre site le récit complet des combats (clic ici).

Étant adhérent à l’association « Souvenir Français » je m’évertue à être un des pédagogue de la Mémoire Nationale.

Bref rappel historique

Le coup de faux (mai-juin 1940)

Le 10 mai 1940, après 8 mois d’une étrange attente (drôle de guerre), les divisions de panzers allemands s´élancent à travers le massif des Ardennes, contournant le rempart de la ligne Maginot, prenant à revers les troupes d´élite franco-britanniques imprudemment aventurées en Belgique. Un mois plus tard, les forces allemandes défilent sur les Champs Élysées.

L´Armée française a été vaincue en quatre petites semaines. Le Reich vient de faire près d´un million de prisonniers. Pourtant, contrairement aux idées reçues, les soldats français se sont bien battus (dont le 48ème RI de Guingamp). Leur matériel, notamment les blindés et l´aviation, était de bien meilleure qualité que celui de leur adversaire. Comment, dès lors, expliquer cette débâcle ? De la percée aux derniers combats dans les Alpes, un mois d´espoirs et de désillusions, un mois de descente aux enfers…

Le 80ème anniversaire de la bataille de France doit rendre hommage aux 60 000 soldats français morts pour la France pendant une guerre ou d’une part la « force mécanique » nous a submergés et d’autre part faire face à une organisation confuse, compliquée et inadaptée faite de 20 années d’hésitations, d’inertie et non choix !

Ces combats où le 48ème RI a dû affronter l’armée allemande se sont déroulés aux environs d’Aire sur la Lys (Pas de Calais) dans le nord de la France, aux portes de Dunkerque et Boulogne sur Mer. Aux endroits où sont tombés ces soldats à Blessy, Witternesse, Aire sur la Lys, Mazingheim et Quernes, à la fin des années 1940 des plaques commémoratives avec les noms de ces vaillants combattants ont été mises en place. Lors des 8 mai, tous les ans leur mémoire est honorée et les 18 et 19 mai 2019 un train du souvenir et une manifestation patriotique ont été organisés.

Et maintenant ?

Je rends hommage à Arnaud Saliou (responsable du merchandising de l’équipe de football d’En Avant Guingamp) qui, lors de la finale de la coupe de la ligue contre Strasbourg à Lille, avait organisé un « road-trip » de Guingamp à Lille avec un tracteur (rouge et noir) et deux Fans Truck aux couleurs du club. Ainsi, le vendredi 29 mars 2019, il a fait un détour par Blessy pour y déposer une gerbe de fleurs au pied de la plaque apposée dans l’église de Blessy.

Arnaud Saliou : son « attelage » et son équipe, devant la mairie de Blessy

Je trouve infiniment regrettable qu’à Guingamp il n’y a pas eu, pour l’instant, un tel engouement pour rendre hommage aux soldats du 48ème RI. Depuis ces trois années, je me suis adressé à qui de droit et j’ai toujours été écouté, mais pour l’heure pas entendu. Pourquoi une telle inertie ?

Il eut été judicieux d’apposer une plaque avec ces 97 noms dans l’ancienne caserne la « Tour d’Auvergne » d’où sont partis ces jeunes soldats défendre une cause qu’ils croyaient juste. Cette caserne est devenue depuis l’« Université Catholique de l’Ouest » (UCO). Quelle opportunité que d’apposer cette plaque commémorative dans une université afin qu’elle puisse interpeller la mémoire de ces jeunes gens dont on leur rappelle fréquemment « le devoir de mémoire » et faire également œuvre de pédagogie !

L’année 2020 n’est pas tout à fait comme les autres. Déjà, fin 2019, les esprits étaient tournés vers les échéances électorales à venir et, à Aire sur la Lys les responsables de la démarche historique avaient eu la sagesse de se démarquer des autres acteurs et prendre ainsi de l’avance. Je ne suis pas sûr, qu’ici, sur le terrain la volonté politique soit aussi déterminée que celle des élus nordiques. Mais il est vrai que la région Nord a subi dans son Histoire beaucoup plus d’agressions que notre Bretagne, forgeant ainsi les esprits.

Et de plus, ce début d’année a été complètement perturbé, et l’est toujours, par l’arrivée d’une manière impromptue du virus Covid 19 et que la santé des habitants, à très juste titre, a largement préoccupé nos édiles. Cependant, le Souvenir Français qui connait également notre démarche n’a manifesté aucun sentiment, alors que lui incombe du fait de sa vocation, en autre, de transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives. À telle enseigne que sa devise est : « À nous le Souvenir, À eux l’immortalité » ; seule l’immortalité est accordée actuellement à nos vaillants soldats.

Alors, peut être que l’inauguration de cette plaque commémorative subira le même sort que nos rassemblements estivaux de 2020 et sera reportée en 2021 ?

Jean-Paul ROLLAND, mai 2020

Crédit photos : J.-P. Rolland

Cartes : Wikipédia

La bataille de France (1940)
(Visited 41 times, 1 visits today)
envoyer un E-mail / send us mail comment