Place de la République

Place de la République

republique276Robert, militaire à Guingamp en 1929, prévient ses parents de son arrivée le 5 novembre. Sa carte nous permet aujourd’hui de visiter la place de la République.)

 Aujourd’hui, la statue de la République occupant le centre de la place a disparu. Désormais, l’espace entouré de commerces, du tribunal… a été transformé en un vaste parking.

L’origine de la place de la République, remonte au XVIIIe siècle. Les antiques halles en bois de la place du Centre ayant été rasées en 1750, la municipalité fit dégager un espace rue de la Pompe afin de construire un hôtel de ville et tribunal dont la façade s’ouvrirait sur la place du Centre, et d’installer de nouvelles halles à l’arrière. Le projet se concrétisa en 1760 et les halles fonctionnèrent à cet endroit pendant plus d’un siècle.

Devenues à leur tour obsolètes, et en trop mauvais état pour être restaurées, de nouvelles halles métalliques furent construites sur le Champ-au-Roy en 1888. Les ruines des précédentes disparurent vers 1900. L’espace ainsi libéré, devenu place des anciennes halles, put accueillir les jours de foire les marchands d’oignons et de poteries, Chaque année une foire aux sauvagines s’y tenait le samedi des Rameaux.

À gauche, la sous-préfecture occupait une grande bâtisse, l’hôtel Kernier, dont la façade reste visible, bien que partiellement masquée par une construction des années 1950, tandis que le côté est entièrement caché par les agrandissements successifs du tribunal. À droite, l’immeuble des bureaux conserve son aspect d’origine, malgré son pignon crépi. La grille du jardin est encore en place.

La sous-préfecture à l’hôtel Kernier

Lors de sa création en l’an VIII la sous-préfecture occupa cet hôtel particulier abandonné par le marquis de Kernier qui avait émigré. À la Restauration, son héritier put récupérer le bien et l’administration quitta l’immeuble, très délabré, en 1817. Les finances publiques ne permettant pas de lui offrir des locaux en propre, elle occupa une demi-douzaine d’endroits successifs au cours du XIXe siècle.

En 1920, l’hôtel Kernier étant en vente, l’État en fit l’acquisition. Mais, malgré des réparations vers 1850, l’immeuble était de nouveau dans un tel état de délabrement que l’on préféra le revendre pour acheter une autre propriété, le Bocage, rue du Maréchal-Joffre, en 1927.

Un ministre pour l’inauguration

La statue de la République occupant le centre de la place avait été installée à l’entrée de la place du Vally. Pour honorer la municipalité d’avoir construit un hôpital digne de ce nom, l’État lui offrit un buste de la République en bronze, posé sur une stèle ornée d’une palme d’olivier. Sur le socle, une plaque gravée mentionnait  « Le Gouvernement de la République à la Ville de Guingamp 1906 ». Son inauguration eut lieu le même jour que celle de l’hôpital, le 24 octobre 1909, sous la présidence de M. Ruau, ministre de l’Agriculture.

Après la guerre, Guingamp comme chaque commune de France décida d’ériger un Monument aux Morts. L’emplacement choisi fut celui qu’occupait la statue de la République au Vally. En 1924, elle fut donc transférée (provisoirement) sur la place à laquelle elle donna son nom.

Sous l’Occupation, le buste et la palme de bronze disparurent. Une Marianne en plâtre fut fixée au sommet de la stèle mais se dégrada peu à peu. Lors des travaux d’aménagement de la place en 1983, le monument fut démonté. Un temps entreposé à la Remonte, ses éléments existent peut-être encore quelque part.

Jacques Duchemin
pour les Amis du patrimoine
du Pays de Guingamp