Abbé François DOBET

Abbé François DOBET

L’histoire de notre ville de Guingamp,

abbé dobetOn la doit beaucoup Madame Simmone Toulet mais également à l’abbé Dobet que beaucoup de guingampais ne connaissent pas.

Ce prêtre historien n’est pas d’origine guingampaise. Il est né le 3 juin 1898 à Coëtmieux d’une famille aux revenus modestes. Il est devenu guingampais d’adoption. C’est dans cette ville qu’il arrive en 1911 pour ses études secondaires à l’Institution Notre-Dame. Son recteur avait décelé dans ce petit paroissien à la santé délicate, une intelligence déjà très éveillée. Ses conseils et son aide financière ont décidé ses parents à l’envoyer au collège. C’est dans cette ville aussi qu’il revient en 1921, pour assurer les cours d’histoire là où douze ans auparavant il avait commencé ses études.

Beaucoup de ses anciens élèves se souviennent encore de la clarté de ses exposés, de sa mémoire extraordinaire, de la richesse de sa documentation.

Il ne quittera le collège et l’orphelinat de Kerprat, dont il devient l’aumônier en 1937, que pour un stage très rapide à l’institut catholique de Paris, d’où il revient avec un diplôme d’Études Supérieures d’histoire.

Homme de science précis et d’une grande modestie, l’abbé Dobet a vécu, jusqu’à sa mort le 18 octobre 1962, parmi les copies de ses nombreux élèves, et les milliers de fiches où il consignait les résultats de ses enquêtes personnelles et de ses explorations dans le passé géographique et historique de notre région.

«Sa chambre exiguë et son bureau, nous a-t-on dit, donnaient au visiteur une impression d’Apocalypse».

Cette apocalypse, fruit du labeur patient et méticuleux de toute une vie, a donné de solides résultats : succès scolaires de combien et combien de collégiens, articles divers dans de multiples revues spécialisées» :

  • Le collège de Guingamp et l’Institution N.D (1516-1948) publié en 1950,
  • Relief et Hydrographie de la baie de St Michel-en-Grève à la rivière de Rance. Sa thèse de doctorat devant l’Université de Rennes en 1939.
  • Histoire de Guingamp ; point final de ses œuvres.

La maîtrise, la haute compétence de l’abbé Dobet a été vite reconnue par les grands corps savants qui sollicitent sa collaboration. C’est ainsi qu’il devient Vice-Président de la Société d’Émulation des C-du-N et Membre correspondant de l’Université de Rennes.

Les Palmes Académiques viennent aussi confirmer sa science et ses mérites.

L’abbé Dobet a été enterré à Guingamp. Le cimetière de la Communauté de Kerprat a recueilli ses restes mortels. Chacun de ses amis a recueilli un souvenir de son labeur terrestre. M. Y. de Bellaing se vit confier le manuscrit de son œuvre inédite «L’Histoire de Guingamp». Il le fit déposer à la bibliothèque de Landévénec par les soins du Docteur Le Breton de Bourbriac.