L’occupation allemande à Guingamp (lieux)

L’occupation allemande à Guingamp (lieux)

GUINGAMP PENDANT L’OCCUPATION 1940-1944, par Maëlwenn Dareau.

La ville de Guingamp, est envahie le 18 Juin 1940. Les élus, pour éviter un massacre inutile décident de déclarer la ville comme ville ouverte, et de permettre aux Allemands d’y rentrer librement.

Par ailleurs les Allemands vont réquisitionner d’autres lieux dans Guingamp durant l’occupation, jusqu’au 7 août 1944.

(Cliquez sur le plan pour l’agrandir)

Les différents lieux occupés

  • L’Institution Notre Dame est réquisitionnée par les Allemands dès l’été 1940 ; en effet, ils ont besoin de place pour y implanter leurs régiments d’infanterie. L’établissement devient alors une véritable caserne. Un hôpital militaire est installé dans le bâtiment Nord, un bureau postal est ouvert au rez-de-chaussée du bâtiment Sud. Un mirador est construit sur le bâtiment Nord. L’accès à la cour est bloqué par des sentinelles.
  • Le KreisKommandantur soldatenheim, Foyer du soldat, à l’extrémité du Boulevard de la Marne, là où était établi l’hôtel Bolloc’h et où se situe désormais une agence bancaire du Crédit agricole. Il y a encore le reste d’un blockauss au coin du parking.
  • Le siège de la Gestapo : actuellement rue des martyrs (ancienne maisons Mazéas ?).
  • La Feldgendarmerie : 3 rue Anatole Le Bras (maison Boësse).
  • La Kommandantur au 5 boulevard Clémenceau (ancienne maison Riou). Dans cette résidence se trouvait un bunker de type Regelbau 618 que l’on peut voir désormais en passant par la rue André Lorgeré.
  • La Caserne de la Remonte : là où se trouvaient les chevaux. Rue de la Trinité, ancien monastère des Ursulines.
  • L’école des cantons : des troupes allemandes y étaient stationnés (aujourd’hui détruite, il y a un immeuble).
  • La caserne de la Tour d’Auvergne : stock des munitions. (Actuelle UCO).
  • L’école Saint Léonard : économat, magasin à vivres (stock de sel, de farines).
  • La Flak allemande (DCA) : au bout du boulevard de la Marne, détruite.
  • Des officiers logeaient chez l’habitant dans Guingamp. De nombreuses maisons furent réquisitionnées.

 

Lexique :

  • Feldgendarmerie : police militaire allemande chargée des missions d’occupation des territoires sous contrôle de la Werhrmacht.
  • Kommandantur : commandement militaire, désigne à la fois, dans le cadre général de l’administration militaire allemande (« Militärverwaltung »), les services de commandement, le bâtiment où ils sont regroupés et le territoire concerné.
  • Kreiskommandantur (concerne Guingamp) :  est une unité de commandement militaire au niveau d’un arrondissement (Kreis et arrondissement ayant la même signification).
  • Soldatenheim : Le « foyer du soldat », était un établissement réservé à la détente des hommes de troupes de la Wehrmacht dans les territoires occupés
  • Flak allemande (DCA) : mot allemand, désigne deux choses : au féminin, il s’agit du nom générique des unités de batteries antiaériennes statiques ou des unités de DCA attachées aux unités combattantes ; au masculin, il désigne certains modèles de canons antiaériens.
  • Ville ouverte : Le terme désigne, en état de guerre, une ville déclarée rendue sans combat afin de l’épargner de la ruine, par un accord explicite ou tacite entre les belligérants.

Autres noms que l’on peut trouver :

  • Les Frontstalags étaient des camps de prisonniers de l’armée allemande situés principalement en France en zone occupée. A Guingamp, les archives municipales en signale un à l’école Charles de Blois…