Merrien Chéro

Merrien Chéro

Merrien Chéro, Il appartenait à une famille de bourgeois aisés qui donna plusieurs administrateurs au duché de Bretagne au XVe siècle. Il représenta l’une des 24 «bonnes Villes» qui «députaient aux États»

 

A Guingamp il fut, plusieurs années durant, «fermier» ou «domanier» du duc, c’est à dire qu’il levait les impôts et versait au duché une somme forfaitaire. Il était lui-même marchand de vin installé près de la cohue où il exerçait son activité de percepteur sur les étals. Ces charges étaient très rentables et donc très recherchées.

Il put ainsi construire une superbe demeure à l’angle de la Venelle du Moulin-de-la-ville. Ses ressources firent de lui un notable qui fut élu à trois reprises maire ou procureur de la ville en 1464,1465 et 1466.

Il continua à faire partie de la communauté de ville jusqu’à sa mort et fut longtemps l’un des dizainiers de la milice bourgeoise. C’est, sans doute, à ce titre que son nom est cité dans la relation du siège de Guingamp et de la marche des Trégorrois sur Nantes (1487-1491).

Sa fille avait épousé Bertrand Gouicquet lui même «fermier» du duc et capitaine de la ville de Moncontour.

Au 31 de la rue Edouard Ollivro, il y à la maison dite « Maison de Meryen Chéro »