Ils ont donné leur nom à une rue

Ils ont donné leur nom à une rue

Ouest-France le 15/07/2014

Georges Guyomar, Hyacinthe Cheval, abbé François Dobet… Ces hommes ont donné leur nom à des rues de Guingamp. Qu’ont-ils fait pour mériter un tel honneur ?

Abbé François Dobet

Docteur de l’Université de Rennes, l’ecclésiastique est l’auteur d’un ouvrage de 237 pages, publié en 1950 par les Presses bretonnes de Saint-Brieuc, portant sur Le collège de Guingamp et l’Institution Notre-Dame de 1516 à 1948.

Alphonse Le Hénaff

Alphonse François Le Hénaff, artiste peintre né à Guingamp en 1821 et décédé en 1884 à Rennes, est, selon l’abbé Pommeret « l’un des rénovateurs de la peinture religieuse au XIXe siècle ». L’une de ses nombreuses oeuvres, intitulée Le Baptême du Christ, réalisée entre 1848 et 1852, est d’ailleurs visible dans la basilique Notre-Dame-de-Bon-Secours. Cette peinture à l’huile, de 3,67 m sur 3,23 m, a été classée monument historique en 1994.

Bobé de Moyneuse

Ancien officier de la Garde royale, Augustin Bobé de Moyneuse (1795-1870), dont la famille est originaire du pays de Guingamp, décide de léguer sa fortune à la ville. Un don qui va permettre de construire en 1874, « un asile pour les pauvres, les incurables et les vieillards », en remplacement de l’hospice bâti en 1834, qui s’avère vétuste et insuffisant.

Colin David

L’homme est nommé en 1380 « représentant de la communauté de Guingamp », par Jeanne de Penthièvre, alors duchesse de Bretagne. Guingamp devient alors la première organisation municipale bretonne, mise en place 40 ans avant celle de Rennes.

colBrebant2Colonel Brébant

Né le 24 mai 1889 à Plésidy, Théophile-Marie Brébant décède en février 1965 à Guingamp. L’officier a combattu lors de la Première Guerre mondiale, de la guerre du Rif (qui opposa les tribus rifaines aux armées espagnole et française de 1921 à 1926, dans le Rif, chaîne de montagnes du nord du Maroc), ainsi que lors de la Seconde Guerre mondiale.

PASTOL_de_KERAMELIN_Yves_(Baron)Général Pastol

YvesMarie Pastol naît le 5 mars 1770 à Guingamp, au foyer d’Yves-Marie Joseph Pastol de Keramelin et de Marie-Jeanne Le Dereat. Le 31 mai 1813, il meurt lors de la bataille de Lützen (Allemagne), sur le champ de bataille.

 

 

François Ménez

Né le 9 août 1887, à Saint-Clet, dans le canton de Pontrieux, le fils d’instituteur est lui-même instituteur. Il se fait connaître par la publication de deux romans : L’envoûté, en 1927, et Le pays perdu, en 1931. Il meurt le 8 juin 1945, à Rennes.

Hyacinthe Cheval

Difficile de retrouver la trace de cet homme. Il semblerait qu’il ait été l’un des directeurs de la Caisse d’Épargne de Guingamp.

Pierre Guyomar

Né le 19 décembre 1757 et mort le 10 octobre 1826, à Guingamp, le négociant de draps est maire de la ville, de 1790 à 1792. Il est également député à la Convention nationale, au Conseil des cinq-cents et au Conseil des anciens. Il sera ensuite conseiller général des Côtes-du-Nord, de 1800 à 1809, avant d’être à nouveau maire de 1813 à 1814 et durant les Cent-Jours, en 1815. En avril 1793, l’homme politique, fervent féministe, présente un ouvrage à la convention : Le partisan de l’égalité politique entre les individus.

Théodule_RibotThéodule Ribot

Né le 18 décembre 1839, le Guingampais meurt à Paris le 9 décembre 1916. Le philosophe crée et dirige la Revue philosophique. Il est généralement considéré comme le fondateur de la psychologie française.

 

 

villiersVilliers de l’Isle-Adam

Jean-Marie-Mathias-Philippe de Villiers de l’Isle-Adam est un écrivain, né le 7 novembre 1838, à Saint-Brieuc. Sa famille l’appelle plus simplement Mathias, tandis que ses amis le nomment Villiers. Grand admirateur de Poe et de Baudelaire, passionné de Wagner et ami de Mallarmé, il est l’auteur notamment des Contes cruels (1883) et de LÈve future (1886). Il meurt à Paris, le 18 août 1889.

Yann Conan

Ou Jean Conan. Né dans le quartier de Sainte-Croix en 1765, au foyer de Guillaume Conan, tisserand, et Marie Moalou, il quitte Guingamp en 1777 pour devenir domestique à l’abbaye de Beauport où il apprend à lire et à écrire. Entre 1786, il embarque sur un navire qui met le cap sur Terre-Neuve. Et retrace dans ses Mémoires la vie quotidienne des Terre-Neuvas. Il meurt à Sainte-Croix en 1834.

Fabienne MENGUY.