Les peintres Guingampais

Les peintres Guingampais

Quand on évoque les peintres de Guingamp, on associe généralement les noms de François VALENTIN et d’Alphonse LE HENAFF. Ils sont nés à peu près un siècle d’intervalle, l’un en 1738 et l’autre en 1821, tous deux «rue de la Place», comme on disait alors, et dans des maisons proches si l’on en croit les plaques apposées sur les façades (ces plaques indiquent au moins l’emplacement des maisons natales de nos artistes, mais pas nécessairement l’immeuble lui-même…)- Tous deux montrent dès l’enfance de grandes dispositions pour le dessin et bénéficient de protecteurs leur permettant d’aller à Paris se mettre à l’étude sous la conduite de peintres réputés. Pour VALENTIN, ce fut un chanoine de Quimper, l’abbé SEVERAC ; pour LE HENAFF, le Conseil général des Côtes-du-Nord.

 L’essentiel de leur œuvre est composé à tous deux par des compositions religieuses auxquelles il faut adjoindre quelques portraits : l’auto-portrait de VALENTIN faisant le portrait de sa femme est à la mairie de Guingamp.

Mais il existe entre eux une nette différence : VALENTIN quitta Guingamp très jeune, il n’y revint pas, vécut surtout à Quimper après avoir été titulaire de la chaire de dessin de l’école centrale du Finistère. Il fut enterré à Kerfeunten.

Alphonse Le Henaff

François Valentin