Assemblée générale 2016

Assemblée générale 2016

Assemblée Générale du 28 février 2016 des Amis du patrimoine de Guingamp.

Jeudi 4 février 2016, nous avons eu la désagréable nouvelle du décès de la fondatrice de notre association : Madame Simonne Toulet, que tout le monde, ici, connaissait ; et qui nous a quittés à l’âge de 95 ans. C’est elle qui savait vraiment faire parler les vieilles pierres et les personnes qui avaient fait l’histoire de la ville de Guingamp. Moi, qui suis dans la continuité, essaie, à ma modeste façon de faire perdurer l’héritage. Comme d’habitude nous nous rencontrons pour faire le point sur la situation de notre association, discrète en nombre d’adhérents, mais, oh ! Combien importante pour la mémoire du patrimoine de la ville de Guingamp.

Nous n’avons pas le monopole de la situation, mais malheureusement nous sommes presque les seuls à rappeler le passé historique de notre ville. Peut-être moins actifs dans les recherches historiques que par le passé et en particuliers du temps de Madame Toulet, néanmoins nous sommes attentifs à tout ce qui se trame autour du riche passé que nous ont légué nos ancêtres. Nous répondons toujours présents aux appels de l’office du tourisme, des associations ou des écoles qui nous sollicitent. En particulier, les journées du patrimoine où nous sommes au château, à la basilique, et aux Ursulines.

En 2015, Antoine Riou a participé activement à commenter les nouveaux aménagements du château en renfort de Patrick Henry qui lui, fait «revivre» ces vieilles pierres.

Jean Pierre Colivet a officié, comme d’habitude, aux Ursulines. Et moi, j’ai «célébré», non pas à la place de l’abbé Morcel, dans la basilique ! Tout au long de l’année, nous sommes consultés pour obtenir des informations ou faire visiter Guingamp : – Par mademoiselle Létitia Le Bras dans le cadre de ses études à l’université de Picardie. Son travail constituant une fiche descriptive du jardin public de Guingamp ; dont elle a eu la gentillesse de me faire parvenir un exemplaire.

  • Le vendredi 20 mars, visite de Guingamp par l’association des Beaux-Arts de la ville de Quimper.
  • Le mardi 21 mars, visite à une association d’autocaristes de Vendée.
  • Le mercredi 6 mai, visite à une association de Saint Pol de Léon.
  • Le dimanche 18 octobre, parcours dans le cadre de la Marche bleue.
  • Le lundi 14 décembre, visite du château et maisons à pan de bois, place du Centre et Champs au Roy à 140 élèves du collège Saint Dominique.

Nous avons également fait une nouvelle jeune recrue en la personne de Maelwenn Dareau et qui désire s’investir dans notre association. Il est le bienvenu car les personnes volontaires pour commenter les monuments ne sont pas légion !

La municipalité de Guingamp rentre dans la dernière phase de mise en valeur du château de Pierre II et l’inauguration officielle des travaux de sécurisation et d’accessibilité, obligatoires pour pouvoir ouvrir au public, aura lieu en juillet prochain. La courtine sud sera accessible y compris pour les personnes à mobilité réduite, et les gradins en demi-lune dans la tour reconstituée en bois, offriront environ 80 places assises en plein air. Ceci permettra d’accueillir des groupes et d’organiser des spectacles. Or, les Amis du patrimoine de Guingamp, sont « nés » autour des fouilles de ce château sous la houlette de Madame Toulet. Nous aimerions collaborer d’une manière ou d’une autre à l’attractivité et à la lisibilité de ce château, en finançant, pourquoi pas, un pavoisement, un parcours pédagogique, une plaquette ?

Nous souhaitons que ce parcours pédagogique soit rigoureux dans son approche, bilingue bien sûr, réalisé sur un support durable, avec un graphisme créatif et qu’un de ces panneaux rappelle l’action de notre association et de sa fondatrice. Aussi, si notre Assemblée Générale en convient, nous proposerons à la municipalité de Guingamp la mise en place d’un groupe de travail transversal et nous financerions ce projet de valorisation du château à hauteur d’un budget que nous nous fixerons.

Sachant que l’architecte en charge des travaux du château, Mme Devernay, a prévu un pupitre pédagogique d’informations façon belvédère. Celui est visible sur les plans en 3D vus dans la presse : il reprendra, à hauteur de lecture pour un homme (ou une femme !), la courbe de la motte féodale au bord du fossé sur une certaine longueur. Les monuments de Guingamp ne possèdent pas d’informations sur site, nous sommes également disposés à participer à la mise en place sur ces monuments des informations, sous la forme, comme il se fait maintenant de : «Q-Rcode».

Notre blog sur internet : http://amispatrimoineguingamp.over-blog.com/, n’est pas très suivi car mal alimenté. Un effort devrait être fait ! Ainsi que des publications pour le faire connaître. Mais cette démarche n’est pas évidente, il est presque nécessaire de bien connaître tous les rouages et les subtilités de ce genre de démarche.

La ville de Guingamp possède une densité assez conséquente de fer forgé. Monsieur Louis Le Gall, ancien ferronnier d’art, commente à l’occasion ces chefs d’œuvre afin d’attirer l’attention des visiteurs et de la municipalité. Il vient d’en faire un petit opuscule les répertoriant.

Je me suis engagé à lui numériser son travail et également à l’amender. Le fer forgé fait également partie du patrimoine. J’ai écrit un petit historique sur la venue de la caserne de la Tour d’Auvergne à Guingamp en 1875, puis transformée en 1993 en université.

Quant au devenir de la prison, l’an dernier, Jean Pierre Colivet et moi-même avions été contactés par la municipalité, pour exprimer notre vision du projet. Nous avions demandé à être inclus dans le cercle de réflexion ; mais depuis aucune nouvelle. Il est vrai qu’une réunion publique avait déjà eu lieu en 2013 pour recueillir des réactions à la proposition de Monsieur Batard architecte en chef des monuments historiques chargé du projet de réhabilitation. Je crois même que la municipalité de Guingamp, si elle a choisi ses orientations et ses objectifs (ouverture au public, accueil de spectacles, installation du pôle culture-patrimoines municipal, CIAP-centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine subordonné à la labellisation d’État «Pays d’art et d’histoire» pour le Pays de Guingamp, accueil du centre d’art photographique et de recherche Gwin Zegal, etc…) , la municipalité disais-je, est cependant dans l’obligation de suivre les directives de la DRAC et du Ministère de la culture, étant donné la singularité du monument : à savoir qu’aucune subvention n’est accordée pour la réhabilitation s’il n’a pas dès le départ du projet une vocation culturelle et/ou économique en lien avec les travaux envisagés. Pour information, la prison sera fermée pour les journées du patrimoine et après, pour cause de chantier ; le permis de construire global ayant été voté au conseil municipal de décembre 2015 et la première phase de la première tranche commence cette année.

Enfin, concernant l’UCO, Université catholique de l’Ouest : cette année 4 étudiants de la formation en LEA-langues étrangères appliquées, renouvellent l’expérience concluante de 2014 avec une de leur enseignante, et participeront aux visites guidées des Journées du patrimoine 2016. Je les ai d’ores et déjà accompagnés le mardi 9 février pour une découverte d’une partie du patrimoine de Guingamp. L’UCO encore a le projet de fêter le centenaire de la mort de Théodule Ribot (18-12-1839/ 9-12-1916), illustre guingampais fondateur de la psychologie française et donc intégré de fait au patrimoine culturel immatériel de Guingamp et de son pays.

La ville de Guingamp a déjà été contactée par l’UCO pour un partenariat. Notre association a peut-être là aussi, une opportunité de se rendre visible et utile en s’associant à ce projet qui prévoit notamment un circuit en ville, ponctué de panneaux, autour de l’idée du Guingamp à l’époque de Théodule Ribot. Ne nous fermons aucune possibilité pour notre association. Jacques Duchemin, notre dévoué secrétaire, après 30 ans de bons et loyaux services au sein de l’association, désire passer la main. Notre jeune recrue, Maelwen Dareau, ancien président de la MJC de Bégard, se porte volontaire pour prendre sa suite ; à moins que quelqu’un d’autre ne postule au secrétariat ? La cotisation reste inchangée et symbolique à 10 €.

ROLLAND Jean Paul